PLONGER - Christophe Ono-Dit-Biot

Publié le 27 Septembre 2013

Plonger
PLONGER - Christophe Ono-Dit-Biot

C'est l'histoire d'un couple, mais surtout d'un homme, César. Il aime passionnément Paz, une jeune artiste, espagnole,  photographe, bien plus jeune que lui. Il y a de quoi l'aimer. Elle est jeune, belle, talentueuse, effrontée, volontaire, capricieuse et rêve de conquérir le monde. Il est journaliste, et plus terre à terre. Leur rencontre se fait sur un malentendu. Malentendu crée par César mais qui propulse la carrière de Paz.

Ils s'aiment fort mais Paz n'est pas entièrement épanouie auprès de lui. Elle veut voyager, loin...trop loin au goût de César. Il le lui déconseille. Il est journaliste, a vu des horreurs comme le tsunami de 2004 et bien pire encore, alors il lui propose de s'aimer en Europe, parce qu'il y a assez à découvrir. Pourquoi courir le risque d'aller s'aimer ailleurs, où la mort les guette...?

Et puis il y a Hector, l'enfant qu'ils auront, que César décidera d'avoir parce que Paz n'a pas ce projet en tête. Elle a déjà un enfant, une passion dévorante, parfois incompréhensible, qu'elle considère comme son enfant. Hector arrive parmi eux. Bonheur réel mais pas assez pour Paz. Leur amour est fort mais les déchirures et blessures trop nombreuses. Paz est une femme passionnée et torturée. Elle veut découvrir le monde, s'envoler ailleurs. Après une prestigieuse réussite professionnelle comme beaucoup aimerait atteindre, elle le fera. Elle partira. Elle lui a affirmé.

Elle ne part que pour quelques mois seulement. Il le faut. C'est essentiel pour elle. Pour eux, pour leur couple aussi. Il n'a rien dit. Il ne peut pas la retenir alors il la laisse partir. Malgré la peur. Malgré leur petit Hector. Elle sera absente pendant 8 mois seulement et puis elle reviendra....

César est inquiet, a envie de pleurer lorsqu' Hector lui demande où est Paz, sa mère, mais il garde son calme pourtant, peu de temps après le départ de Paz, il recevra un appel et devra quitter l'Europe, lui qui s'était promis de ne plus le faire, pour aller reconnaitre le corps de celle qu'il aime tant. Un corps retrouvé nu sur la plage d'un pays arabe.

Est-ce vraiment elle? Que s'est-il passé? Merde Paz! Qu'est-ce que tu as foutu!  dira-t-il.

Les larmes ne sortent pas. Il la déteste autant qu’il l’aime. La terre glisse sous ses pieds mais il y a Hector et la vérité.

Que cherchait-elle en partant là bas ? Elle qui avait tout en France...Qu'a t’ elle vécu ?

Il veut connaitre la vérité...Comprendre ce qui a provoqué son dernier souffle.

Il veut peut être la comprendre encore plus qu'il n'a essayé de le faire jusque là, lui pardonner et quelque part, la rejoindre dans son univers.

PLONGER - Christophe Ono-Dit-BiotPLONGER - Christophe Ono-Dit-BiotPLONGER - Christophe Ono-Dit-Biot

Ce que je ressentais, vraiment? Presque de la haine.
C'est le meilleur remède pour tuer l'amour.
Mais il y en avait beaucoup. Paz me manquait atrocement.

If I were called in
To construct a religion
I should make use of water.

Going to church
Would entail a fording
To dry, different clothes;

My liturgy would employ
Images of sousing,
A furious devout drench,

And I should raise in the east
A glass of water
Where any-angled light
Would congregate endlessly.

(WATER - Philip Larkin)

PLONGER - Christophe Ono-Dit-BiotPLONGER - Christophe Ono-Dit-Biot
PLONGER - Christophe Ono-Dit-BiotPLONGER - Christophe Ono-Dit-Biot

Voilà un livre que j'ai lu en très peu de temps et si je n'avais eu que cela à faire, alors je l'aurai lu d'une seule traite. 

Le titre est bien trouvé. Quelle belle plongée  sur presque 500 pages !

J'adore les livres que l'on ne peut plus quitter, qui nous appellent dès qu'on les referme et cet état mélancolique qu'ils nous laissent lorsqu'ils sont finis.

Je ne suis toujours pas remontée à la surface. Je fus touchée plusieurs fois pendant la lecture et je le suis encore.

Un véritable coup de foudre !

Il suffit de s'engouffrer dans les premières pages pour s'apercevoir que cette histoire est loin d'être banale même si les éléments peuvent le laisser penser.

Ce livre est d'une sensibilité et d'une richesse incroyable.

Il invite au voyage, nous fait visiter des pays, des musées, des endroits magiques comme tragiques. On y trouve beaucoup de références culturelles et littéraires. Les descriptions sont nombreuses et bien que je n'aime pas cela d'habitude, dans ce livre, elles sont si bien écrites qu'elles ne paraissent ni pesantes, ni longues.  Au contraire, ici, elles enrichissent.

L'écriture est travaillée et soignée; les mots sont choisis, utilisés puis posés avec soin...

Des photos illustrent certaines pages, les pensées de César pour son fils sont parfois écrites  en italique, créant ainsi une intimité dont nous sommes spectateurs...

C'est écrit comme un témoignage, ce qui apporte une puissance encore plus forte au roman...Tout paraît véritable. Rien ne ressemble à une fiction.

Ce n’est pas fleur bleue, même s'il s’agit d’une histoire d'amour forte. C’est un hommage aux femmes, à l'amour, à la vie...

Un livre au scénario dramatique mais très prenant et touchant.

Le bandeau "Rentrée littéraire" et autre prix sont des choses qui me rendent méfiante, mais je ne regrette pas de m'être laissée tenter par "PLONGER". 

Une lecture que je recommande à tous!

MERCI à Christophe Ono-Dit-Biot pour ce fabuleux moment de lecture...

Rédigé par Lire, Ecrire, Raconter

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Coelho Gwen 27/09/2013 16:58

Tu es dure avec moi !!! Je vais devoir attendre pour le lire ! Et là on peut dire qu'avec cette chronique c'est comme si tu me narguais d'un chocolat à la menthe juste devant mon nez et que tu le retirais chaque fois que je veux l'attraper !!! Une torture en somme ! Ton enthousiasme est contagieuse !