"AVEC LE DIABLE"

Note :
Purgatoire des innocents
"AVEC LE DIABLE"

Dans la vie, il arrive que l'on prenne de mauvais tournants. C'est ce que j'ai fait. Mais on m'a accordé une seconde chance .
Non seulement de sauver ma peau, mais aussi de m'acquitter
envers la société de mes mauvais choix.

Oubliez les fictions, ce livre raconte une réalité, celle de Jimmy Keene.

 

Le titre de ce livre « Avec le diable » fait frissonner et intrigue sans même avoir lu les premières lignes. Le parallèle fait avec le fameux film « Le Silence des Agneaux » et le célèbre psychopathe « Hannibal Lecter » indiqué sur la première de couverture, nous promet alors un bon moment de lecture. Voici donc les deux raisons pour lesquelles je l’ai acheté.

 

Savoir que c’est une histoire vraie change de suite notre façon d’aborder la lecture. La curiosité d’en savoir plus sur ce fait réel se mélange à l’appréhension de se retrouver nez à nez avec le double d’Hannibal, or (malheureusement), il n’en sera pas tout à fait ainsi.

 

Sur le principe, c'est à peu près identique au « Silence des Agneaux », lorsque Clarice Starling, brillante stagiaire du FBI, est chargée de retrouver un dangereux psychopathe ayant déjà tué 5 femmes. Clarice doit agir vite si elle veut empêcher la mort d'une sixième femme. Pour cela, elle requiert les services du psychiatre « Hannibal Lecter » ou « Hannibal le cannibale», emprisonné à vie dans un hôpital psychiatrique pour plusieurs meurtres sanglants. Clarice obtiendra des informations du Docteur Lecter mais en échange, elle devra elle aussi se livrer et lui donner des anecdotes sur son enfance. Hannibal envoûtera peu à peu Clarice...

 

Ici, en effet, Jimmy Keeves, incarcéré pour trafic de drogue va lui aussi être missionné par le FBI pour entrer en contact avec un dangereux tueur en série répondant au nom de Larry Hall et ce, en échange de sa liberté.

 

Larry Hall, bien que reconnu coupable d’un seul meurtre est soupçonné par le FBI et les services de polices d’être l’auteur d’une vingtaine de meurtres. Toutefois, sans preuves concrètes de sa culpabilité, les autorités sont dans l’impasse.

"AVEC LE DIABLE"

Jimmy Keeve n’est pas un dealer comme les autres. Même si depuis l'enfance, il baigna de loin dans les magouilles de son père, observa la corruption et ses attitudes hors la loi (ce qui l’influença peut-être pour la suite), il reçut toutefois une bonne éducation et grandit au sein d’une famille aimante et aisée. Il fit des études et beaucoup de sport néanmoins l’argent facile l’attira et progressivement, il bascula dans la drogue.

 

Jimmy ne touchait pourtant pas à la drogue, il ne faisait qu'en vendre.

 

Son réseau grandit si vite qu’il se retrouva à la tête d’une véritable petite entreprise et développa l’âme d’un grand homme d’affaire jusqu’à ce qu’il se fasse arrêter et jeter en prison.

 

Sa carrure de sportif, son intelligence et le fait qu’il ait longtemps côtoyé le milieu mafieux étaient des qualités non négligeables pour le FBI. Jimmy savait faire face aux types dangereux, instables, et n’ayant rien à perdre. Le FBI vit donc en lui un « indic » idéal et le procureur lui proposa une mission: en contrepartie de sa liberté, il devrait obtenir des informations auprès de Larry Hall. Tout en respectant des consignes strictes pour entrer en contact avec lui sans se faire repérer, il devrait lui soutirer des informations au sujet d’un second meurtre qu' Hall aurait commis mais surtout, il devrait connaitre l’endroit précis où ce dernier aurait fait disparaitre le corps de sa victime.

 

Après plusieurs hésitations, Jimmy accepta la proposition. Rapidement transféré dans le quartier de haute sécurité de la prison de Springfield, il ne tarda pas à croiser Larry Hall...  

Cette pulsion de meurtre entraine des actes révélateurs obsessionnels et compulsifs. Larry Hall avait besoin de retourner sur le lieu de ses enlèvements, de collectionner ou fabriquer des objets associés à cela.

Le  titre de ce livre « Avec le diable » est peut-être accrocheur mais pas très crédible.

 

Le parallèle avec le silence des agneaux est plus racoleur qu'exact.

 

Il existe quelques dialogues entre Larry et Jimmy, mais trop peu et surtout, nullement aussi savoureux que ceux d'Hannbal comme lorsqu'il dit:

« J’ai été interrogé par un employé du recensement. J’ai dégusté son foie avec des fèves au beurre, et un excellent Chianti.»

 

A mon grand regret, Larry Hall n’a rien à voir avec Hannibal Lecter. Je dirai que ce Larry est trop "gentil" pour être terrifiant même si on ne lui pardonne pas ses attitudes. Il ne cherche pas à impressionner, n’est pas intelligent, et plutôt benêt. On perçoit sa souffrance ce qui nous fait de suite le comprendre. Loin de faire peur, il ne parait pas être très dur à percer à jour. Un peu de confiance, des signes d’amitié et le tour est joué ! Il se confie à vous...

 

Il aurait été plus intéressant de voir évoluer la relation entre avec le criminel en question et Jimmy mais pour cela il aurait fallut qu'elle soit beaucoup plus développée. Écrit ainsi, cela donne l'impression qu'il n’eut pas de difficultés à lui soutirer des informations et c'est dommage car je ne pense pas que ce fut si simple que ce qui est raconté.

 

Beaucoup de personnages interviennent dans ce livre et il est parfois difficile de se rappeler de tous. Certains ont beaucoup de personnalité, d’autres moins. Cependant, on ne peut pas vraiment évoquer la personnalité des personnages comme pour ceux d’une fiction puisqu'ils sont bels et bien réels. S'ils sont fades et inutiles ou au contraire intéressants et riches, ils le sont aussi dans la vie de tous les jours. Quoi que l’on en dise, l’auteur ne peut pas en tenir compte dans ses futurs écrits, ils sont ainsi. 

 

Ce livre est écrit comme une biographie/documentaire, avec très peu de dialogues, en 10 petits chapitres.

 

Au fil de ces chapitres, on trouve le passé de Jimmy Keeve et celui sa famille, on  découvre celui de Larry Hall, sa personnalité et ses perversions, et l'on connait la personnalité de certains policiers et du procureur. L’auteur a prit solin de raconter aussi le fonctionnement de la justice américaine et la dureté du milieu carcéral. Par ailleurs, il évoque la psychologie des tueurs en séries, leurs mécanismes ou rituels. Des informations véritables et intéressantes.  

 

Il y a des moments sous tension et quelques rebondissements qui rendent l'histoire prenante. A.la fin de la lecture, on perçoit bien à quel point il vécut un enfer dans ces différentes prisons. On ressent les peurs de Jimmy K comme celle d’affronter ce criminel et l’horrible pression du FBI.

Jimmy K est certes un dealer, mais il n'en demeure pas moins un homme respectable. Malgré l'épée de Damoclès suspendue au dessus de sa tête, il a fait preuve de courage et s'est montré très fort mentalement.

*****

L’écriture est simple dans l'ensemble mais des longueurs ralentissent parfois la lecture. Chaque chapitre lu individuellement est riche d'informations et l'on y trouve aussi quelques notes personnelles de l'auteur.

 

"Avec le diable" est un petit carnet intime, une confession, dont le titre aurait pu être aussi : « Voilà mon incroyable histoire ».

 

Les droits de ce livre ont été achetés par la maison de production du film « SEVEN » et il est certain qu’adaptée au cinéma, l’histoire serait peut-être plus prenante.

 

Par ailleurs, il participe cette année au "prix du meilleur polar 2013" par POINTS.

 

Ce n’est pas un grand chef d’œuvre littéraire, ni un grand Thriller mais il peut se lire, ne serait-ce que pour son histoire atypique, dans une salle d’attente, les transports en commun ou, lorsque la météo n’est pas propice aux ballades...

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :