HOMICIDE PAR PRECAUTION

La curiosité s’avère être un vilain défaut qui vous embarque parfois dans la pire des situations, pouvant aller jusqu’à vous coûter la vie...

La curiosité s’avère être un vilain défaut qui vous embarque parfois dans la pire des situations, pouvant aller jusqu’à vous coûter la vie...

Celle là elle est morte. Condamnée. Je la tue. Nom, adresse!

Francis mène une vie facile entre son travail en tant que représentant d’une entreprise de matériel médical, secteur de la dialyse, et ses nombreux amours : Brigitte, Isabelle, Esther... Toutes ces femmes avec lesquelles il mène des relations et passe du bon temps le rendent heureux, cependant il est toujours célibataire et n’a nullement envie d’une vie de couple. 

Un jour, il entre dans une librairie, près de l’Hôpital Foch, pour y chercher un roman policier, et fait connaissance avec la libraire, Myriam. Comme toujours face à une femme, il est de suite conquis. Grande, sensuelle, belle, au charisme impressionnant, il va sans dire qu’elle n’a pas beaucoup de mal à le charmer.

Après quelques échanges épicés, ils conviennent de se revoir. Il ne se passe que peu de temps avant le premier rendez-vous. Leur relation, pourtant bien commencée, est rapidement parasitée par la jalousie maladive de Myriam. Elle devient de plus en plus caractérielle, n’hésite pas  à l’espionner en fouinant dans son téléphone, et va jusqu’à proférer des menaces envers les femmes qu’elle soupçonne être ses maitresses. Est-elle sérieuse ou est-ce un jeu ?

José, directeur des ventes du laboratoire pharmaceutique, lui aussi coureur de jupons, est l’ami et  confident de Francis. Ce dernier lui raconte ses aventures, et José prend un malin plaisir à les commenter sur un ton toujours graveleux, ou le conseiller. Ils passent de bons moments ensemble, mais Francis, habitué à ses remarques, n’en tient pas vraiment compte. Il aime cependant lui faire part des péripéties avec ses nouvelles femmes...

Sa relation avec Myriam n’est pas un long fleuve tranquille. José lui fait part de son ressenti et lui conseille de se méfier d’elle. 

Il est vrai que cette femme, aussi belle et intelligente soit-elle, est tout de même très excessive. Les disputes entre elle et Francis sont fréquentes, jusqu’à provoquer une rupture.

C'est alors qu'Esther, l’une des maitresses de Francis, est retrouvée assassinée...

Dans le même temps, au sein de son laboratoire, des dialyseurs disparaissent... Les clients s’en plaignent. Francis est chargé de se renseigner en interne afin de détecter une éventuelle erreur, mais ne constate rien d’anormal. Les cartons sont incomplets de façon récurrente, mais sans aucun coupable éventuel...

  • Qui peut bien en vouloir à Esther au point de la tuer ?
  • Qui peut être intéressé par ce type de matériel médical au point de le voler?
  • Et Myriam? Que devient-elle ?

 

Francis, mêlé à ces deux histoires en parallèle, tente d’enquêter. Le commissaire Maupas et ses hommes mènent eux-aussi des investigations.

 

Les zones d’ombres sont nombreuses..

HOMICIDE PAR PRECAUTIONHOMICIDE PAR PRECAUTION
HOMICIDE PAR PRECAUTIONHOMICIDE PAR PRECAUTION

Ce roman est  annoncé comme étant un témoignage.  

 

La lecture commence par une scène vécue par une femme... puis le lecteur bascule dans l’introduction qui attire de suite l’attention et la première page a déjà disparu de l’esprit (c’est assez rusé...). Ce n’est qu’une fois la lecture du roman achevée qu’elle prend tout son sens.

Le lecteur bascule progressivement dans l’histoire et suit ce personnage à la personnalité intrigante.

Francis, bien qu’un peu particulier, est un homme respectueux des femmes qu’il courtise, ce qui le rend sympathique. Ses mœurs ne sont guère dérangeantes puisqu’elles sont décrites de façon à ne laisser paraitre aucune perversion au-delà de ses dehors volages.

La personnalité des femmes de l’histoire est proche de la réalité quant à leurs attitudes ou réactions.

L’auteur ne s’encombre pas de descriptions interminables, et ne cherche pas à impressionner le lecteur, mais simplement à l’emporter dans une histoire faussement ordinaire.

Il ne cherche pas à délivrer une quantité d’informations abracadabrantes pour captiver, mais prend le temps de faire découvrir les personnages, leur situation, leur vie, leur personnalité. L’action démarre lentement et se déroule progressivement tout au long du récit, mais tout est dosé de façon à ce qu’il n’y ait pas de pauses ou de longueurs. Chaque scène est intéressante et nécessaire à la bonne compréhension du récit. L’écriture est déliée et habile.

Aucune violence exagérée, ni description de scène de crime traditionnellement rencontrées dans un polar/thriller. Ici, les faits ne sont décrits que brièvement, permettant de continuer l’histoire sans s’encombrer de détails morbides qui ne feraient qu’alourdir le récit.

La confusion et le doute sont volontairement créés dans l’esprit du lecteur durant toute l’histoire. L’intrigue séduit. Plusieurs fausses pistes, des suspects potentiels, mais ne cherchez pas à connaître le coupable, vous ne le devinerez jamais complètement.

Le rythme constant nous offre une lecture agréable et tranquille sans jamais ennuyer pour autant car les événements parsemés tout au cours du roman donnent envie d’en savoir davantage.

Le suspens progresse sur les dernières pages, les fils se démêlent et la fin surprend agréablement.

Quant à l’épilogue, il conclut ce roman avec succès...!

Les petits - :

  • Les personnages sont pour certains un peu trop à fleur de peau pour être vraiment réalistes.

  • Je regrette qu’il n’y ait pas eu plus de suspens et notamment au sujet de Myriam.

  • L’équipe d’enquêteurs n’occupe pas assez de place. Par exemple, j’aurai aimé que la relation entre Francis et le commissaire soit plus présente et intense.

Je ne peux que vous conseiller "Homicide par précaution" qui vous offrira, à l'évidence, un très bon moment de lecture!


 A LIRE!!!

Pour découvrir l'auteur et ses romans:

Retrouvez-le sur Facebook:

Rédigé par Nath Alie

Repost 0