"FROID MORTEL"

Éditions albin Michel - 442 pages

Éditions albin Michel - 442 pages

- Un centre de détention psychiatrique: Sainte Barbe

- Un école Maternelle : La clairière.

Entre les deux, des portes blindées et un couloir souterrain que les enfants franchissent régulièrement pour rendre visite à leur parent interné.

Au bout de ce couloir, un ascenseur.

A  la sortie de l'ascenseur, une pièce...

Les enfants de la clairière et les patients de St Barbe doivent être maintenus séparés. Ceci est valable 24h/24h, à l’exception
des horaires de visites.

 "FROID MORTEL"  "FROID MORTEL"

L’hôpital psychiatrique accueille des patients dangereux.

Yvan RÖSSEL, un « célèbre » tueur d’enfant est enfermé entre ces murs. D’autres cas lourds sont également ici. Les lieux sont donc hautement sécurisés. Tout a été étudié pour que les enfants et les internés ne se rencontrent JAMAIS.

JAN, jeune professeur des écoles, est de suite informé des règles de sécurité lorsqu’il est embauché dans cette école maternelle « La Clairière », accueillant les enfants des « internés ». Les consignes et règles lui sont fermement expliquées.

Le personnel de la maternelle a la responsabilité d’escorter les
enfants par le sas de la Clairière jusqu’au secteur des visites de
l’hôpital. Les enfants ne doivent PAS y aller seuls.

JAN accepte et signe ce règlement mais son entretien d’embauche et sa première journée à la Maternelle, lui font comprendre que la règle prioritaire est :

« Pas un mot sur l’hôpital St Barbe ».

L’atmosphère est étrange. Le personnel l’est aussi mais JAN se rassure: il n’a jamais travaillé dans de telles conditions, il lui faut donc un temps d’adaptation.

Les maîtres (ses) de l’école Maternelle : Marie-Louise, Hanna, Andréas et Lilian sont aimables avec lui mais ne parlent jamais d’autres choses que des enfants. Le reste est interdit et JAN va rapidement s’apercevoir qu’il faut appliquer les règles à la lettre.

Les enfants de l’école reçoivent toute l’attention et l’éveil nécessaire à leur épanouissement. Seuls 3 enfants restent 24/24h dans l’établissement ; les autres retournent le soir dans leurs familles d’accueil respectives.

JAN connait bien les enfants, les aime beaucoup. Il a déjà occupé plusieurs postes comme au  « LINX », son dernier job. Il  se sent donc capable de travailler dans ce lieu inhabituel, même si les élèves sont des enfants de malades mentaux car après tout, ils sont parfaitement normaux, ne présentent aucun trouble particulier et malgré la dangerosité de leurs parents, ils ont le droit comme tout enfant, de garder un lien avec eux.

Avec le temps, JAN s’habitue à l’école. Il est aussi chargé d’emmener les enfants pour leur visite avec les parents. Il emprunte le couloir avec l’enfant, le mène jusqu’à l’ascenseur puis le laisse. L’enfant monte seul à l’étage.

Le personnel ne doit en aucun cas évoquer la visite à l’hôpital
avec les enfants. Ce genre d’entretien ne peut être conduit que
par des médecins et pédopsychiatres.

 "FROID MORTEL"  "FROID MORTEL"

Le personnel de la Maternelle est tenu, comme les employés de l’hôpital, à un strict devoir de RÉSERVE, au sujet de tout fait
concernant la clinique psychiatrique Sainte Barbe

JAN se demande tout de même pourquoi ces enfants si jeunes sont laissés seuls pour affronter leurs parents psychotiques mais ne pose pas de question. Il finit par se faire à l’ambiance et trouve plus ou moins sa place. Les enfants l’apprécient, ses collègues aussi surtout depuis que Lilian l’a invité au Bar du coin où beaucoup d’employés de St Barbe s’y retrouvent le soir. Il hésite à y aller, n’est pas sociable mais il vient d’emménager et ne connait personne. Il s’efforce alors à rejoindre ses collègues régulièrement dans ce bar où les personnalités et les secrets de chacun seront percés...L’alcool aidant à se confier.

Néanmoins, il devient curieux...et le silence des enfants lorsqu’il les récupère à l’ascenseur, une fois la visite finie ne fait qu’amplifier sa curiosité. A l’arrivée de l’enfant, il emprunte le couloir avec lui sans chercher à savoir. L'enfant ne parlera pas de toute façon...La routine reprend donc son cours une fois arrivé dans l’école mais  il  aimerait en savoir plus.

- Qu’y a-t-il à l'étage?

- Où mène ce long couloir après l’ascenseur ?

- Et derrière ces portes ?

- Pourquoi ne faut-il pas parler de St Barbe ?

Les rumeurs et confidences des gens ne font que soutenir ses idées : les choses ne sont pas claires seulement JAN cache lui aussi un secret et ses démons le hantent.

Un enfant disparu il y a plusieurs années....Un amour regretté, jamais retrouvé....

Et si sa présence en ces lieux était liée à son passé ?

Les langues se délient. JAN s'aperçoit qu'il n’est pas le seul à vouloir entrer dans l’HP et d’ailleurs, certains y entrent déjà...Il fera tout pour accéder à l’intérieur de l’hôpital pendant ses gardes de nuit afin d’en percer ses mystères, d'obtenir des réponses à ses interrogations mais sa curiosité l’amènera à vivre des événements imprévus.

 "FROID MORTEL"

Le scénario de départ est excellent et très original. L’histoire nous aspire instantanément et au fil des pages, l’atmosphère fait frissonner, la tension est permanente.

On rencontre les personnages, tous étranges et mystérieux, à commencer par le directeur de l’HP. Leurs comportements sont suspects mais on ne peut pas réellement leur reprocher quelque chose.

Plusieurs histoires sont écrites en parallèles : Le LINX, LE PAF et LA CLAIRIERE / ST BARBE.

On les lit tour à tour, ce qui n’est pas désagréable et permet de découvrir le passé de JAN, sa personnalité, ses secrets puis ce qui le pousse à vouloir entrer à tout prix à l’intérieur de l’hôpital psychiatrique.

Le lecteur n'est pas dupe et se doute que le personnage principal n'est pas clair sous ses apparences d'ange mais en début de lecture, le doute plane.

L’auteur écrit avec simplicité mais très efficacement.

Il suggère plus qu’il ne décrit. Il plante parfaitement ses personnages, instaure un climat angoissant, prend le temps d’emporter le lecteur dans ce monde froid et étrange. Le style est sans fioritures. Pas de descriptions interminables. Les mots sont utilisés à bon escient, les chapitres sont courts, la lecture est donc aérée. Le lecteur s’interroge beaucoup et selon son imagination, se suggère la suite. Plusieurs suites sont possibles avec un tel scénario de départ !

Or, l’histoire se plombe lentement... L’auteur développe l’une des histoires parallèles qui n’est pas la plus intéressante des trois. L’atmosphère angoissante retombe. La lecture devient un peu ennuyante et l’on aimerait que l’histoire principale, celle de l’HP  réapparaisse vite mais non.  L’auteur a changé la direction de son scénario à plus de la moitié du livre, après avoir créé une ambiance très angoissante, s’être centré sur l’hôpital psychiatrique et ses secrets, avoir crée des personnages étranges, avoir guidé le lecteur et l’avoir laissé s'imaginer une suite selon la direction indiquée jusque là.

Par ailleurs, quelques petites incohérences sans grandes importances et scènes inutiles se distinguent mais cependant, elles n'altèrent en rien l'histoire.

Le scénario suit donc malheureusement la nouvelle voie développée par l'auteur et ce, jusqu’à la fin, donnant une impression de fin « bâclée », d’auteur à cours d’idée ou de mauvaise maitrise de son scénario. Il semble s’être perdu entre son scénario de départ et cette fin presque inintéressante. De plus, un personnage fort apparaît plus explicitement sur les dernières pages mais lui aussi parait bâclé vu le personnage qu'il incarne.

Le décalage entre ce début très prometteur et cette fin si fade, créer une frustration.

Je m’attendais à une fin cinglante, à être surprise, à frissonner, il n’en pouvait être autrement vu ce que je venais de lire mais, non, ce ne fut pas le cas.

Pas de « Happy End », pas de frissons non plus mais une fin qui n’est pas à la hauteur des promesses attendues en début de lecture: trop facile, trop douceâtre, trop simplette...L’auteur avait pourtant très bien commencé en posant un excellent début d’histoire, la fin aurait pu (dû) être toute autre donc, déception .

C’est la première fois que je lis cet auteur et malgré cette petite déception finale, j'ai passé un très bon moment de lecture.

 

L'auteur a peut-être rencontré quelques difficultés dans la structure de ce scénario mais sa plume mérite d’être connue!

 "FROID MORTEL"  "FROID MORTEL"

Johan Theorin est né le 03/09/1963 à Göteborg.

Ecrivain et journaliste suédois, il a reçu le prix du "meilleur roman suédois" en 2007 et le prix "clé de verre" en 2009.

Ses livres connaissent un franc succès en Suède comme dans le monde entier.

Il est également l'auteur de :

  • L'Écho des morts
  • L'Heure trouble
  • Le Sang des pierres

Repost 0