"PAUL VERLAINE"

"PAUL VERLAINE""PAUL VERLAINE"

"ll pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?

 

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits ! 
Pour un cœur qui s’ennuie,
Ô le chant de la pluie !

 

Il pleure sans raison
Dans ce cœur qui s’écœure.
Quoi ! nulle trahison ?…
Ce deuil est sans raison.

 

C’est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon cœur a tant de peine !"

Paul VerlainePaul Verlaine

Paul Verlaine

Père originaire du Luxembourg, capitaine du Génie ; mère originaire du Pas-de-Calais.

Paul Verlaine nait à Metz le 30 Mars 1844.

La famille s’installe à Paris en 1851 après la démission du père, et héberge en 1863 une cousine orpheline de Paul, qui est fils unique.

Bachelier en 1862, Paul Verlaine entre à l’administration de l’Hôtel de ville de Paris, où il occupe un poste subalterne d’expéditionnaire. Il fréquente les milieux littéraires.

La mort de son père (1865) et celle de sa cousine (1867) l’affectent durement. Il vit seul avec sa mère mais il la brutalise et tentera même de l'étrangler en 1885.

Il noie ses pensées dans l'alcool mais cet alcool l'inspire pour écrire. Il cherche à vaincre ses démons à travers la poésie.

En 1869, il s’éprend d’une jeune fille, Mathilde Mauté qu'il épousera or, l'équilibre de leur couple reste menacé. Il est secoué par des crises d’anxiété au cours desquelles il brutalise sa mère, avant de perdre son emploi à la suite de sa participation à la Commune de Paris.

En 1870, Verlaine rencontre Arthur Rimbaud et se détourne de sa femme.

Les 2 hommes quittent la France pour l’Angleterre puis la Belgique, où ils mènent une vie scandaleuse et misérable. Après avoir tiré avec un revolver sur son ami (1873), Verlaine est condamné à une peine de deux ans de prison, qu’il purge à Bruxelles puis à Mons.

Incarcéré, Verlaine se convertit au catholicisme. Il médite sur son art et son âme, et entend changer sa vie. L'œuvre s'enrichit alors de la triste expérience : sa poétique se renouvelle, son inspiration s'élargit, son mysticisme de néophyte lui inspire de véritables élans de psalmiste.

À sa sortie de prison, Verlaine rejoint Rimbaud, avec l'intention de lui faire partager sa foi ; les retrouvailles tournent court.

Mathilde ayant obtenu le divorce et la garde de leur fils, il reprend ses errances.

En 1875-1877, il enseigne le français et le dessin en Angleterre ; en 1877-1878, à Rethel dans les Ardennes, il donne des cours de français, d'anglais et d'histoire. Après être retourné professer en Angleterre, accompagné de Lucien Létinois (1860-1883), un ancien élève pour lequel il s'est pris d'une amitié passionnée, il se fixe finalement en France (1880).

En 1884, alors qu'il sombre de nouveau dans l'alcool, Verlaine publie "Jadis et naguère " qui compte quelques chefs-d'œuvre. La même année, il fait paraître les Poètes maudits, sous l'anagramme du « Pauvre Lélian » , ce qui lui vaudra d'être promu, malgré lui, initiateur du symbolisme.

Guetté par une solitude croissante, il erre ensuite de garnis en hôpitaux tout en publiant des recueils religieux , érotiques ou de circonstance.

La fin de la vie de Verlaine est marquée par une ruine physique et sociale.  Il partage sa vie entre les amours homosexuelles d'occasion et  liaisons plus durables avec des prostituées.

Cette déchéance s’accomplit en dépit d’une notoriété grandissante.

En août 1894, il est élu par ses pairs « prince des poètes ».

Usé et vieilli, rendu à l’état de clochard, il s'éteint à Paris, le 8 janvier 1896, des suites d'une congestion pulmonaire.

 

"PAUL VERLAINE""PAUL VERLAINE"

Son œuvre laisse une empreinte forte.

Partagé entre sensualité et mysticisme, Paul Verlaine connaît une vie difficile et parfois violente, qui s’achève prématurément dans l’alcool. Mais, il sait aussi chanter les amours rêveuses et la naïveté de l’enfance.

Il donne à lire une poésie tantôt nostalgique et crépusculaire, tantôt vive et libre,

Son talent, son originalité fascineront, et les écoles d'avant-garde se réclameront de lui.

Verlaine affirme une esthétique:« De la musique avant toute chose », décrète-t-il, ouvrant la voie à une génération de disciples, hommes de lettres comme lui mais aussi compositeurs – à l’instar de Claude Debussy ou de Gabriel Fauré, qui appliquent des mélodies à ses textes.

Cependant la poésie de Verlaine n’est pas dans la révolte. Elle ne se résume pas non plus à un idéal formel. Au long de plus de vingt recueils, Verlaine déploie une sensibilité singulière, candide, tendre, et souvent mélancolique.

Le poète dépasse l’analyse de ses impressions, de façon à pleinement les traduire et les exprimer.

Nombre de poèmes composant le recueil "Sagesse" montrent que la subtilité impressionniste se complique chez lui d’une aspiration religieuse, échappant aux catégories ordinaires.

La dimension lyrique et autobiographique apparaît finalement comme l’une des plus caractéristiques de son œuvre,  entre regret de l’enfance perdue et fascination de l’amour.

Quelques poèmes:

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :