AD UNUM - Didier Fossey

Note:
Ad Unum
AD UNUM - Didier Fossey

Paris, février 2011, un délinquant est retrouvé pendu ; jusque là, rien d’exceptionnel.  Seulement voilà, sur son front il porte une inscription : « AD UNUM » ce qui veut dire « jusqu’au dernier ». Peu de temps après, deux autres victimes connues des services de police, sont retrouvées dans les mêmes conditions. Toutes venaient d’être jugées puis libérées par le tribunal quelques jours auparavant. Le commandant Boris Le Guenn et son équipe sont chargés de l’affaire.

AD UNUM - Didier FosseyAD UNUM - Didier Fossey

L’histoire nous fait voyager au cœur de la capitale, le lieu principal, Paris.

 

Ce livre n’est pas écrit comme un récit qui  se suit de A à Z mais plusieurs histoires s’y trouvent en parallèle ce qui n’est pas déplaisant. Chaque partie est relativement courte et permet rapidement de revenir à l’endroit où nous nous étions arrêtés auparavant. On suit plusieurs personnages, se retrouve à différents endroits et rencontre quelques flashs back.

En début de lecture,  le lecteur débarque dans un endroit froid et humide, de la terre battue au sol, comme une sorte de cave. A l’intérieur se trouve un homme quasiment nu, Farid. Il n’a que très peu de souvenirs, ne sait pas depuis combien de temps il se trouve ici, ni qui l’a enfermé. L’ambiance ne lui dit rien qui vaille,  il appelle à l’aide quand des types aux attitudes étranges font leur apparition. L’identité de certains est inconnue, ils sont appelés n°1 ou n°2...

Puis nous faisons connaissance avec les personnages à commencer par Boris le Guenn et son équipe. Boris est commandant à la brigade criminelle, au 36 Quai des Orfèvres.  Commandant plutôt sympathique voir trop sympathique parfois, il sait diriger son équipe. Fred, sa collègue, est une femme de caractère qui en pince un peu (beaucoup) pour son chef.  Les autres membres de l’équipe sont tantôt drôles, tantôt caractériels ou benêts, mais tous ont des personnalités complémentaires. L’ambiance et le jargon policier sont là. Les rôles, les personnalités et caractères de chacun sont posés et tous participent pleinement à l'histoire.

Arrive ensuite un personnage on ne peut plus marquant : Mathias Martel alias "Le Latiniste", et quel personnage ! Construit en un savant mélange d’Alceste, Dr House, Hannibal ou Dexter, il ne passe pas inaperçu. C’est un type intelligent, classe, éduqué, sérieux en apparence mais psychopathe en réalité. Ses dialogues sont cinglants, dotés parfois d’une note d’humour, son cynisme est démesuré, sa folie illimitée. Il méprise la société tout comme la race humaine et tout ce qui l’entoure. Sans états d’âmes, il n’hésite pas à faire du ménage autour de lui. L’auteur nous livre aussi son enfance, ses blessures ce qui adoucit sa personne et le rend attachant. On en arrive même à lui trouver des circonstances atténuantes.

J'ai beaucoup apprécié ce personnage et ai aimé être à "ses côtés ". Bien entendu, à travers les pages du livre, sa présence m’est sympathique mais dans la réalité, je serai partie en courant!!! J'aime les personnages aux multiples facettes. Ici, cet aspect est bien maitrisé. Ce type est fou mais fascinant. Ce n'est pas facile de construire un tel personnage, à la fois attachant et séduisant, mais ici je dois bien dire que l’auteur a réussi.

Maître Turquin fait son entrée. Un avocat orgueilleux,  célèbre pour son arrogance et franchement antipathique ! Arrive ensuite un certain Monsieur Leclerc...

La vie « amoureuse » du commandant Boris y est évoquée. Mariée à Soizic et père de deux enfants, sa vie de couple bat de l’aile. Les horaires extensibles et les absences répétées ont détérioré sa vie de famille. Un cas classique chez les policiers...Soizic est agaçante bien que l’on puisse la comprendre. Je pense que l’auteur l’a créée volontairement avec cette complexité là. Elle a parfaitement raison mais elle n’en demeure pas moins pénible.

Puis un quatrième meurtre du même acabit a lieu, puis un autre.

 

Un tueur en série, sorte de justicier,

inconnu de tous sévit dans Paris

sans que rien ni personne ne semble pouvoir l’arrêter.

 

Une enquête difficile.

Des indices mais rien de concret.

Des suspects mais leurs témoignages ne révèlent rien d'intéressant et puis des menaces...

Boris Le Guenn est sérieusement menacé, sa famille également. Le tueur  décide de s’en prendre à lui. Sa femme et ses enfants sont en danger.

Il compte bien retrouver ce criminel au plus vite mais la traque s’avère plus compliquée que prévue...

Qui se cache derrière ces crimes ? Jusqu’où ce tueur est-il capable d’aller pour arriver à ses fins?

AD UNUM - Didier FosseyAD UNUM - Didier Fossey

Pas d’entrée en matière trop longues, le lecteur bascule dans l’histoire dès le début et peut même la lire d’une seule traite s’il le souhaite tant elle est prenante.

Pas de tripes qui s’étalent sur le sol, ni de cadavres en putréfaction ou de violences insoutenables. Aucune longue description, pas de frivolités, ni  grandes phrases et remplissages inutiles.  Ici, l’auteur écrit comme il parle mais avec talent. L’écriture est proche du lecteur : simple, franche et accessible de tous.

Par ailleurs, le milieu policier est parfaitement maitrisé puisque l’auteur exerce ce métier depuis 28 ans. Le jargon, les termes techniques, le déroulement de l’enquête et les procédures sont très précises.

Les personnages sont intéressants même si le commandant Boris aurait peut-être mérité d’avoir parfois un peu plus de testostérone...Le petit suspens « love » entre Fred et Boris apporte une note de légèreté au récit.

Rien ne laisse soupçonner une telle fin. Elle est inattendue et surprend.  L’idée est bien trouvée, la surprise fonctionne et c’est très plaisant mais elle est peut paraître un peu bâclée car trop rapide et linéaire. J’aurai aimé qu’elle soit plus développée, qu’il y ait plus d’obstacles et de nœuds aussi.

Cependant, j’ai passé un très bon moment de lecture au cœur de la crim’, au 36 Quai des Orfèvres et dans la ville de Paris.

 

"AD UNUM" est une enquête policière haletante, mêlée d'intrigue, de suspens, de palpitations mais aussi d’humour!

 

Un roman à lire !!

Didier Fossey

AD UNUM - Didier FosseyAD UNUM - Didier Fossey

- Né à Paris, le 11 décembre 1954, d'un père policier et d'une mère vendeuse en boulangerie, puis mère au foyer, Didier Fossey a grandit en banlieue parisienne.

- A l'adolescence, il intègre le collège hôtelier de Granville pour 3 ans et passe ses week-ends et vacances chez ses grands-parents à Carantilly dans le Cotentin. Il y découvre la lecture et dévore ses premiers "San Antonio" et les grands auteurs classiques. Sa grand-mère lui inculque la passion de lire et d'écrire mais elle met un point d'honneur à ce qu'il écrive correctement. Pour se faire, elle lui fait corriger les courriers qu'il écrit à ses parents.

- Son CAP de garçon de restaurant en poche, il travaille pour la Compagnie Générale Transatlantique et embarque sur le célèbre paquebot France. A 18 ans, il a quasiment fait le tour du monde :New York, les Caraïbes, Hong Kong, l'Inde, l'Afrique...mais en juillet 1974, il est forcé de débarquer pour aller effectuer son service militaire. Lorsqu'il le termine, il continue dans l'hôtellerie, travaille pour des grandes chaînes d'hôtels, y rencontre sa future femme et se marie. Il aura 3 enfants.

- En 1978, il part dans le sud et ouvre un bar-restaurant à Villeneuve-de-Duras. Une belle aventure qui prendra fin en 1983, et c'est ainsi, qu'en 1984, il intègre l'école de la Police Nationale. En 1986, il intègre la Brigade Anti-Criminalité de Nuit du XIIIe arrondissement. puis en 2001 il est affecté au groupe de recherches et d'investigations.

- Depuis 2003, il travaille au service de police administrative de l'arrondissement.

- Sa passion de l'écriture l'ayant longtemps tentée, il se lance dans l'aventure et publie son premier roman aux éditions "Les 2 Encres":

"Tr@que sur le web" en mai 2010, puis "Ad Unum" en 2011.

- Ses expériences professionnelles et l'expérience du métier l'aide à élaborer des scénarios empreints de réalité.

- A 58 ans, il travaille en ce moment à l'écriture de son troisième roman, un Thriller/Polar en collaboration avec un autre auteur.

Cependant, il faudra attendre encore un peu pour le découvrir...

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :